Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

À propos des « Messages »

par Andrei Martyanov.

The Saker a écrit un superbe article intitulé « L’OTAN et l’UE envoient un « message » à la Russie. Encore une fois », dans lequel il déclare :

« Ensuite, il y a l’OTAN qui semble maintenant croire que les incantations mantriques et certaines activités militaires vraiment stupides « pour le spectacle » le long des frontières de la Russie vont terrifier le Kremlin et transformer les Russes en Polonais. Apparemment, tout l’appareil analytique de l’OTAN n’a jamais ouvert un livre d’histoire. Soit cela, soit ils ont décidé d’ignorer les leçons de l’histoire, parce que « cette fois-ci » les Russes vont définitivement se rendre.

En réalité, toutes les opérations militaires le long de la frontière russe ne dérangent les Russes que parce qu’elles montrent que « l’Occident collectif » déteste et craint toujours la Russie. Mais en termes purement militaires, elles sont une plaisanterie ».

Les Russes en sont parfaitement conscients et font simplement preuve de la diligence requise en répondant aux « messages » de l’OTAN par les leurs, comme aujourd’hui, où Vladimir Monomakh a démontré qu’il n’y avait aucun problème à lancer quatre missiles Boulava depuis le Pacifique vers l’Occident, c’est-à-dire depuis le bastion de la mer d’Okhotsk, dans la région d’Arkhangelsk, bien à l’intérieur des 9 000 kilomètres de portée (officielle) des missiles mer-sol balistiques stratégiques (MSBS) Boulava.

 

 
Pour rappel, le RSM-56 Boulava transporte entre 6 et 10 MIRV, de 100 à 150 kilotonnes chacun, qui, avec une précision chirurgicale, peuvent atteindre n’importe quelle capitale européenne, même lorsqu’ils sont lancés par des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de la Flotte du Pacifique. En fait, si l’on considère que quatre missiles Boulava ont été lancés dans une séquence très courte, cela nous fait 4×6=24 ou 4×10=40 MIRV rappelant à la partie européenne de l’OTAN que le réarrangement des pierres en Europe pourrait se faire par une grande variété de méthodes si l’OTAN décidait de se suicider. Ainsi, le message pour les Européens (la direction de la salve – de l’Est vers l’Ouest) est clair. C’est la première salve de ce type du projet de SNLE 955 Borei impliquant des tirs de Boulavas d’Est en Ouest. Comme le montrent les résultats, ils volent parfaitement bien et atteignent les cibles comme prévu.

The Saker arrive à une conclusion correcte :

« Au fond, il y a une différence culturelle : Les Européens (et leurs patrons insouciants américains !) n’ont pas vraiment peur de la guerre. C’est pourquoi ils n’y sont pas du tout préparés. Les Russes ont très, très peur de la guerre, parce qu’ils la connaissent et s’en souviennent. C’est pourquoi l’Occident n’est que menaces et aucune action, alors que la Russie n’est que des actions et aucune menace. Du point de vue des Russes, la meilleure façon d’éviter la guerre est de s’y préparer vraiment, vraiment. On pourrait dire que 1 000 ans d’histoire russe ont été une leçon sans fin de préparation à la guerre, d’autant plus que la plupart des guerres menées par la Russie étaient existentielles ».

J’ajouterai seulement que la crainte de la guerre en Russie grandit avec la compréhension du fait que les « élites » occidentales sont une bande de clowns qui, loin de savoir ce qu’est la guerre, n’ont même pas la maîtrise des principes fondamentaux de gouvernance. Ils sont certes très doués pour créer des doctrines risibles, que ce soit dans le domaine économique ou militaire, mais en pratique, ce sont des singes avec une grenade. Donc, dans ce cas, l’un des principaux objectifs de la Russie est de rappeler à ces élites, qu’elles soient assises à Bruxelles ou à Washington, que si elles font une bêtise, elles seront réduites en miettes, tout et tous ceux qui leur sont chers compris. Comme le disait Al Capone : « On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un revolver, qu’avec un mot gentil tout seul ». C’est aussi simple que cela, surtout quand on a affaire à des attardés désespérés atteints de différents troubles psychiatriques parce qu’ils n’obtiennent pas ce qu’ils veulent. Et puis, comment faire pour avoir une conversation, ou même signer des traités, avec un pays qui ne peut même pas élire son président sans une corruption totale et une manipulation du processus électoral ? À qui pouvez-vous parler ?

La principale question qui se pose aujourd’hui est celle de la sûreté de l’arsenal nucléaire américain, car la possibilité d’une désintégration littérale des États-Unis en plusieurs États ou localités est désormais exclue. Espérons que l’on n’en arrivera pas là, mais même si Biden est déclaré POTUS, son « équipe de politique étrangère » est celle d’Obama et ce sont des personnes totalement non qualifiées, avec peu de compétences mais, sûrement, une très haute opinion d’elles-mêmes, comme c’est généralement le cas de la plupart des politiciens américains, qui sont, en règle générale, très peu cultivés et mal éduqués. La tendance à la détérioration de la « qualité » des élites est très prononcée et cela implique un abaissement constant du seuil de conscience des décideurs américains pour reconnaître les facteurs qui pourraient conduire à une guerre. C’est un problème pour les hauts responsables politico-militaires russes – les élites américaines ne sont pas rationnelles, comme le souligne à juste titre Dmitri Orlov. Nous devons donc attendre et voir comment se joue toute cette troisième mondialisation de l’Amérique. En attendant, chacun fera ce qu’il a à faire et répondra aux messages par ses propres messages. En fait, comme le disent les Russes (en différentes versions) – nous n’avons pas besoin de votre respect, nous sommes d’accord pour que vous nous craigniez. J’approuve, même les patients les plus fous peuvent reconnaître la sensation du bâton de l’infirmier à l’asile quand il les frappe. Et ça ira pour l’instant, tout le reste se passe après que le patient soit enfermé dans la chambre capitonnée, puis on peut discuter du déroulement du traitement.

source : https://smoothiex12.blogspot.com

traduit par Réseau International

Et si les "Oxydentaux" malades mentaux, au bout du rouleau cherchaient à déclencher une guerre ? Planqués dans leurs bunkers