Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bayer nazi  cobayes humains - le retour

Bayer nazi cobayes humains - le retour

Brésil: Les essais du vaccin contre le Covid-19 ont été interrompus après le décès d’un patient-cobaye !!!
 

Nous n’avons pas entendu parlé de rapports trop négatifs à travers la presse chinoise du vaccin contre le Covid-19, ce qui laisse entendre qu’au moins une demi-douzaine de projets autonomes ont donc atteint les dernières étapes des tests. Mais tout comme les essais pour le projet de vaccin AstraZeneca-Oxford, d’autres projets occidentaux ont été interrompus, parfois pendant des semaines d’affilées, certains projets chinois se heurtent désormais à un mur.

 

Cela montre simplement que Pékin est capable d’utiliser sa puissance économique pour convaincre ses rivaux / partenaires géopolitiques d’acquiescer, traitant avec les régulateurs étrangers qui doivent inévitablement examiner les vaccins chinois (étant donné que les essais de vaccins développés par la Chine sont en cours dans le monde entier actuellement) ce qui peut représenter certaines limites, comme l’exemple qui a eu lieu au Brésil récemment.

Mardi matin en Asie, (lundi soir au brésil), Bloomberg a rapporté qu’un essai en phase finale de l’un des pionniers chinois avait été interrompu par les régulateurs brésiliens en raison d’un « évènement indésirable grave ». L’incident met en évidence, comme le souligne Bloomberg, « que c’est la première fois que l’un des vaccins contre le Covid-19 qui ont été rapidement développés par la Chine a connu un tel revers ».

 

Les futures commandes envisagées par de très nombreux pays, ont un impact sur le vaccin élaboré par « Sinovac », qui s’appelle « Coronavac ». L’arrêt de son développement a débuté le 29 octobre, il y a près de deux semaines, après qu’un cobaye soit tombé extrêmement malade. Comme dans tous les pays de l’ouest, les détails sur la décision d’un arrêt total ont été très discrets, voire rares et les responsables brésiliens ont donné que très peu d’informations sur la nature du problème…

Les tests du vaccin de Sinovac Biotech Ltd., appelé Coronavac, ont été interrompus au Brésil après un évènement survenu le 29 octobre, a indiqué mardi l’Agence brésilienne de la santé, sans plus de détails sur la maladie. L’étude est interrompue conformément à la régulation tandis que l’agence analyse si l’étude doit se poursuivre, a-t-elle déclaré. Les évènements indésirables graves qui se sont produits lors les essais de médicaments comprennent la mort, le risque immédiat de décès, une incapacité à long terme ou à une grave hospitalisation. De telles délais ou interruptions ne sont pas rares dans les essais de médicaments à grande échelle et deux développeurs AstraZeneca (NYSE : AZN) PLc et Johnson & Johnson –  qui ont suspendu leurs essais de vaccins en raison d’événements indésirables graves, pour les redémarrer après enquête.

 

Selon le NYT (New York Times) et son outil de suivi du virus, le programme Sinovac est l’un des 11 vaccins expérimentaux actuellement en phase 3. Ce qui est encore plus embarrassant que le Sinovac de Pékin, c’est la nouvelle de la récente suspension qui intervient juste après que les données des essais Pfizer-BioNTech, qui sont censées montrer que le vaccin était suffisamment efficace.

Pékin a déjà permis à des dizaines de milliers de chinois de tester le Sinovac, ainsi que plusieurs autres vaccins expérimentaux, la Chine ayant catégoriquement étendu la notion d’une certaine utilisation d’urgence mondiale.

Sachant que le Brésil était à l’origine des premiers tests, Sinovac s’était empressé de publier une déclaration garantissant la sécurité de son vaccin.

Dans un communiqué publié mardi, les responsables de Sinovac ont déclaré que l’Instituto Butantan, le centre médical coordonnant les essais brésiliens, avait estimé que cet évènement grave n’était pas lié au vaccin. La société a déclaré qu’elle était confiante dans l’innocuité de son vaccin.

Certes, la suspension fait suite à des rapports publiés à la fin du mois dernier selon lesquels un volontaire du vaccin contre le coronavirus était décédé au Brésil, mais nous n’avons pas les preuves qui justifient que les effets indésirables graves signalés par le gouvernement brésilien sont en corrélation avec la mort d’un participant à cette fameuse étude. Les essais de phase 3 se sont effectués sur des dizaines de milliers de patients, et il est certainement possible que les décès ne soient pas liés au virus ou au vaccin.

« Et si Trump était élu, et si le vaccin ne marchait pas ! » L’édito de Charles Sannat Pour Laurent Alexandre, on pourra imposer le vaccin aux personnes âgées: « c’est une population qui a une espérance de vie résiduelle ! »

 

Mais il faut dire que tout cela soulève de nombreuses questions extrêmement embarrassantes.

Peut-être que Pékin aurait intérêt à investir plus dans les ressources et dans l’énergie de la promotion du discours sur la sécurité des vaccins au Brésil, au Pakistan et dans les autres pays partenaires ?

Source: zerohedge

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :