Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

mercredi 18 novembre 2020

Source : Russie politics http://russiepolitics.blogspot.com/

Un sursaut de survie semble apparaître en Russie face à la dérive du tout-numérique, aggravée sous l'impulsion de la sainte lutte contre le coronavirus, qui dégrade le fonctionnement des institutions publiques. Pour illustrer ce que l'on peut espérer être une tendance qui se constitue, deux exemples significatifs : un recours collectif en justice des étudiants de l'Université d'Etat de Moscou (Lomonossov), qui demandent le remboursement du paiement leurs études en raison de la faible qualité de l'enseignement dispensé désormais à distance ; le président de la Douma, V. Volodine, vient de rappeler qu'il y a violation du Réglement lorsque les projets de loi ne sont pas discutés en présentiel en comité, mais à distance par une simple consultation. Si l'utilisation des moyens technologiques au quotidien peut, sans aucun doute, être utile, ces technologies ne peuvent qu'être supplétives, elles ne peuvent en aucun cas remplacer le contact physique, ni l'humain. Sauf à dégrader la qualité du travail effectué, en l'occurrence la dégradation de la qualité de l'enseignement et du travail parlementaire et ainsi remettre en cause à terme la légitimité de l'Etat.

Cette révolution idéologique sous couvert de coronavirus s'appuie notamment sur la faiblesse des gens, sur leurs défauts, pour leur montrer que dans ce "nouveau monde", ils auront une place de choix. La démarche est très simple, voire primaire, mais fonctionne assez bien. Pourquoi faire l'effort d'aller au travail, vous pouvez vaquer tranquillement à vos occupations, boire votre café dans votre fauteuil préféré, et travailler à distance. Pourquoi faire des efforts pour apprendre, de toute manière les examens seront également distanciés, personne ne voit ce que vous avez devant les yeux et si c'est par écrit, personne ne sait qui est derrière l'oridinateur. Pourquoi faire des efforts ? Parce que la qualité de ce que l'on fait en dépend, parce que nous sommes aussi ce que nous faisons. Mais l'être humain est ainsi fait, qu'il cherche en général la facilité. Et lorsqu'en plus on lui explique que ça peut devenir la nouvelle norme, il veut y croire. Peu importe le bon sens, il veut y croire, il y croit et il impose aux autres d'y croire.

Heureusement, il reste encore des pôles de résistance, de bon sens. Deux exemples.

Pour entrer à l'Université d'Etat de Moscou (MGU), qui est considérée comme la meilleure université de Russie, il ne suffit pas d'avoir un certain nombre de points à l'équivalent du BAC, de réussir des universiades, il faut encore passer un examen supplémentaire d'entrée. Ceux qui obtiennent les meilleurs résultats peuvent étudier gratuitement, ce sont les étudiants budgétaires, les autres (jusqu'à une certaine limite de points) peuvent étudier en payant, ce sont les étudiants commerciaux. Or, ces étudiants commerciaux se préparent à déposer en justice un recours collectif demandant le remboursement de ce qu'ils ont payé à MGU en raison du passage obligé à l'enseignement à distance qui, comme indiqué dans le texte du recours, ne leur permet pas d'avoir l'enseignement de la qualité pour lequel ils ont payé. 

Autrement dit, et à juste titre, ils estiment que l'Université n'a pas rempli ses obligations en les passant à distance, car ils ne se sont pas inscrits pour avoir un enseignement au rabais, "facile", mais pour obtenir une formation de qualité, ce que l'enseignement à distance, qui dure, qui dure, qui dure, ne leur permet pas d'obtenir. Incidemment, une partie du salaire des enseignants dépend de cette source de financement. Or, déjà, les salaires ont sérieusement baissé. A ce rythme-là, on va revenir aux années 90, quand les idéalistes restaient dans la science. 

L'enjeu ici est n'est pas à court terme, mais stratégique. Le développement de tout pays dépend de sa capacité à former des esprits, qui vont pouvoir entraîner le pays. Si ces cerveaux partent ou ne peuvent être formés, c'est l'avenir du pays qui est en jeu.

Un autre exemple, significatif, de l'impossible recours au tout-numérique concernant la procédure législative. La Russie discute d'un projet de loi très délicat concernant la réglementation du retrait des enfants à leur famille. Ce texte prévoit de renforcer les garanties judiciaires, en ce sens que les organes de protection de l'enfance ne pourront plus désormais de leur seule volonté retirer un enfant à sa famille, mais devront impérativement s'adresser à la justice, lorsque la vie ou la santé de l'enfant est en danger. La justice devra alors, dans le cadre d'un référé, se prononcer en urgence. Au-delà des questions idéologiques, qui ne sont pas négligeables ici, beaucoup de questions techniques juridiques se posent quant à la procédure et au délai de réponse judiciaire, afin que le recours en justice ne devienne pas une simple légitimation de la décision administrative de retrait de l'enfant. Le projet avait été déposé le 10 juillet à la Douma par un sénateur et un député, et le comité spécialisé vient de donner son accord pour qu'il soit débattu en séance, malgré des conclusions réservées du Gouvernement et une inquiétude de l'Eglise orthodoxe, justement quant à l'instrumentalisation du judiciaire. 

La réaction du président de la Douma, V. Volodine, est intéressante. Le texte a été retiré de l'ordre du jour en raison de la violation de la procédure d'examen en comité. Que s'est-il passé ? Il n'y a eu qu'une vague consultation à distance, sans véritables débats, avec une présence physique. Je cite Volodine :

"La décision du comité a été adoptée suite à une simple consultation. Tout le monde est choqué et nous estimons que cela est inadmissible (...). Quelles que soient les questions qui seront examinées à l'avenir, que ce soit uniquement avec la participation physique des députés (...)"

De la qualité de la législation, de sa capacité à répondre aux attentes de la population, va dépendre la légitimité de l'Etat. Si le fond est important, la forme ne l'est pas moins, car elle participe du cérémonial donnant à la loi son autorité. Comment croire en un Etat qui permettrait d'adopter des lois par sms, envoyés sur le coin d'une table, en buvant son café et en vaquant à des occupations plus importantes ? Plus la procédure est banalisée, moins la confiance populaire sera forte, car ce ne sont plus alors les représentants du peuple qui participent à son édiction, avec la diversité de vision sociale qu'ils doivent défendre, mais la porte est grande ouverte aux lobbyismes. 

Le culte numérique auquel nous assistons, c'est-à-dire quand la technologie est une fin et non un moyen, est une illusion de simplification et d'efficacité. Il n'entraîne dans les faits qu'une baisse de la qualité. Cela ressemble beaucoup plus à un instrument de destruction, qui sera abandonné immédiatement si le pouvoir est conquis par la nouvelle idéologie, car même un nouveau monde doit être construit et cela demande d'autres instruments que ceux qui sont à l'oeuvre aujourd'hui.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :