Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Brandon Smith − Le 12 mars 2020 − Source Alt-Market.com


La plupart des gens connaissent l’histoire de la cigale et de la fourmi, une ancienne fable sur une cigale qui passe les mois fructueux du printemps et de l’été à se détendre, à danser et à jouer avec insouciance pendant que la fourmi travaille inlassablement pour se préparer à ce qu’elle sait être un hiver rigoureux. Dans de nombreuses versions, la cigale harcèle la fourmi, lui reprochant de perdre tant de temps au travail alors qu’elle pourrait s’amuser au soleil.


Finalement, l’hiver arrive et il est aussi brutal que la fourmi l’avait prédit. Il n’est pas surprenant que la cigale insouciante se retrouve dans le froid, affamée, sans provisions, suppliant la fourmi de partager le surplus pour lequel elle avait travaillé si dur pendant l’été. La fourmi refuse, disant à la cigale qu’elle peut « danser tout l’hiver, maintenant… ».

Ce que beaucoup de gens ignorent, c’est qu’il existe aussi une version nettement plus socialiste de La cigale et la fourmi écrite par un poète français du nom de Jean de La Fontaine, dans laquelle la fourmi est présentée comme le méchant, et son activité comme « mesquine ». Et ici, dans cette petite fable, nous avons représenté l’un des plus grands conflits de notre époque moderne :

Les gens qui refusent de travailler et de se préparer doivent-ils être sauvés de leur paresse et de leur bêtise ? Ou faut-il les laisser souffrir pour leurs erreurs ? Et s’ils sont renfloués, devraient-ils l’être par ceux-là mêmes dont ils se moquaient pour avoir travaillé si dur, ceux-là même dont ils se moquaient pour avoir vu le danger qui les attendait ?

Maintenant, dans les versions que j’ai lues quand j’étais enfant, la fourmi ne se contentait pas de travailler avec diligence en ignorant la cigale ; elle essayait constamment d’avertir la cigale que l’hiver approchait, mais la cigale est une cigale. Et, je dois dire que si nous appliquons cette fable comme une allégorie à notre situation actuelle au milieu d’une pandémie et d’un effondrement économique, les fourmis (qui se préparent) ont LOURDEMENT plaidé auprès des cigales pour qu’elles stockent des fournitures parce qu’un événement de crise à l’échelle nationale et mondiale était inévitable.

Notre action n’a guère été mesquine ; nous avons donné à d’autres personnes toutes les chances de voir le danger et de se préparer. Nous avons essayé de les sauver. Nous avons fait plus que cela. Pourtant, certaines cigales prétendent aujourd’hui que ce n’était pas suffisant. Elles veulent un sacrifice…

Au cours des deux dernières semaines, nous avons vu une avalanche d’articles qui qualifient les personnes qui stockent des marchandises de « thésauriseurs« , sans parler d’un certain nombre d’arguments bizarres d’économistes sur les raisons pour lesquelles le stockage de marchandises est « mauvais pour l’économie ». Même Donald Trump a dit aux Américains de « cesser de thésauriser des fournitures«  et d’avoir confiance que la nourriture sera encore dans les magasins dans quelques semaines. Les gens prévoyants sont accusés d’être les principaux responsables de cette ruée.

Je tiens à souligner que la grande majorité des personnes qui se précipitent soudainement dans les magasins pour faire le plein de marchandises pendant la crise ne sont PAS vraiment des survivalistes. Les survivalistes étaient déjà équipés pour cet événement depuis des mois ou des années. Les survivalistes ont acheté leurs fournitures supplémentaires il y a deux ou trois mois lorsqu’ils ont entendu parler de la menace du virus pour la première fois. Nous savions tous ce que cela signifiait non seulement pour la santé publique, mais aussi pour l’économie en général.

Le récit actuel amalgame largement toutes les personnes qui ont stocké méticuleusement des marchandises pendant des années avec celles qui se sont précipitées chez Costco il y a quelques jours pour faire le plein de papier toilette, et je pense que c’est une déformation délibérée.

« Accumulateur compulsif » est une expression négative utilisée pour décrire des personnes qui ont été assez intelligentes pour se préparer à l’avance par des personnes qui n’ont pas été assez intelligentes pour se préparer à l’avance.

Je voudrais également souligner que les magasins d’armes, confrontés à un afflux massif de nouveaux propriétaires d’armes à feu qui achètent tout ce qu’ils peuvent trouver à mesure que la situation devient plus sombre, signalent également que la majorité de ces personnes sont des sympathisants Démocrates et des gauchistes qui étaient auparavant « anti-armes ». Beaucoup de ces personnes n’ont jamais tiré avec une arme à feu de leur vie. Cela ne veut pas dire que tous les survivalistes sont des conservateurs et que tous les acheteurs en mode panique sont des gauchistes, mais je pense que les faits suggèrent qu’il y a beaucoup plus de gens de gauche qui ne sont pas préparés, et c’est là que nous commençons à rencontrer des problèmes.

Je ne condamne pas les gens qui se sont précipités pour acheter des fournitures la semaine dernière, je suis content qu’ils l’aient fait parce que cela permet au pays de gagner un peu plus de temps avant que la VRAIE panique ne commence. Cependant, nous devons être pratiques et accepter que beaucoup de ces gens sont inexpérimentés en matière de préparation et pensent qu’acheter un chariot de nourriture supplémentaire va les sauver. Je ne peux pas vous dire combien de fois j’ai entendu cette phrase de la part des gens ces deux derniers jours :

Nous avons plus qu’assez de provisions avant que le confinement soit terminé dans deux semaines…

Il s’agit là d’un sérieux décalage par rapport à la réalité. Cela montre que ces personnes sont hyperfocalisées sur le seul virus, qu’elles croient en fait aux rumeurs selon lesquelles le virus disparaîtra au printemps et qu’elles ignorent totalement l’effondrement économique qui se produit pendant que la pandémie se développe. Ils pensent vraiment que tout cela sera terminé avant que leur maigre approvisionnement en produits Costco ne s’épuise.

Ce sont les gens pour qui je me sens mal, parce qu’au moins ils ont essayé. Ce ne sont pas des cigales, elles ont simplement été induites en erreur.

La dernière annonce de Trump, selon laquelle il espère que les fermetures d’usines seront levées et que l’économie sera opérationnelle « d’ici Pâques », n’est qu’un des nombreux faux espoirs qui font la une des journaux et que les gens veulent désespérément croire. Après seulement une semaine de restrictions dans certains États et deux semaines de ruée sur les épiceries, de nombreux citoyens sont déjà sur les nerfs. En effet, de nombreux Américains vivent au jour le jour sans pratiquement aucun filet de sécurité, et ceux qui en ont un sont en sécurité pour deux ou trois semaines tout au plus. Ils regardent dans un long tunnel ferroviaire sombre et ils peuvent entendre un sifflement au loin.

Les demandes de « retour au travail » de l’Amérique vont bouillir dans les deux prochaines semaines, et c’est tout à fait compréhensible. Cependant, cela ne se produira pas.

Les États-Unis ayant environ deux semaines de retard sur l’Europe, la pandémie ne fait que commencer ici. Le pic des cas confirmés est dû à l’augmentation massive des tests, mais les décès vont s’accélérer à mesure que l’infection s’installe et fait des ravages, cela au cours du mois prochain. Je ne vois guère de chance que la contagion s’épuise en avril. Mais si les élites veulent réaffirmer la « nécessité du verrouillage », elles pourraient le lever pendant un certain temps, pour ensuite constater une résurgence de nouveaux cas et ramener les restrictions avec encore plus de force qu’auparavant.

C’est ainsi que les gouvernements ont tendance à gérer toutes les crises majeures de l’histoire – on dit à la population que le danger passera dans quelques semaines et de rester tranquille d’ici là. Après quelques semaines, le gouvernement annonce à nouveau que nous y sommes presque, juste quelques semaines de plus. Dans l’intervalle, les mesures et les moyens de type loi martiale sont mis en place progressivement, car les autorités n’ont jamais eu l’intention de lever les restrictions. Les gouvernements cherchent à maintenir les gens passifs jusqu’à ce qu’ils soient en mesure de les contrôler plus efficacement. Une fois qu’ils le sont, le masque se détache et toutes les assurances vides disparaissent.

Cela ne ferait que renforcer les espoirs de la population, qui se heurterait alors brusquement aux rochers, et lorsque les gens réaliseront que cet événement va se poursuivre pendant des mois, C’est alors qu’ils perdront vraiment leur calme. À ce stade, il y aura ceux qui seront désespérés et qui chercheront à obtenir de l’aide du gouvernement, puis il y aura ceux qui deviendront furieux et qui exigeront que l’on prenne des provisions à d’autres personnes qu’ils n’aiment pas afin de remplir leur propre ventre.

Les  cigales sont des gens qui non seulement ont attaqué les survivalistes comme des « faiseurs de malheur » pendant des années, qui non seulement ont refusé de stocker leurs propres fournitures pendant l’événement du coronavirus, mais ce sont aussi les mêmes personnes qui utilisent maintenant les médias sociaux pour jeter du sel sur les survivalistes (fourmis) qui disent maintenant « Nous vous l’avions dit… », et les  cigales veulent faire payer les fourmis en exigeant que leurs fournitures soient prises et redistribuées.

Comment ne pas dénoncer l’impudence et l’hypocrisie des  cigales, n’est-ce pas ?

Est-ce que ça aide de dire « je vous l’avais dit » ? Absolument. Faire honte aux gens qui prennent des décisions stupides et qui mettent leur vie et celle des autres en danger à cause de leurs décisions stupides est une caractéristique de la survie humaine qui a été découragée par les médias dominants au cours de la dernière décennie. Elle doit faire un retour en force.

Le récit des  cigales socialistes commence à apparaître partout sur le web ces jours-ci, même si je pense qu’il ne prendra de la vitesse que dans un mois, lorsque les gens réaliseront enfin que la crise ne sera pas terminée de sitôt. Les fourmis seront accusées d’être les méchantes, mais nous avons toujours su que c’était une possibilité, et nous nous sommes préparés à cela aussi.

Voici le problème : notre force de travail est l’une des rares choses que nous possédons vraiment dès la naissance, et selon la constitution, nous sommes censés la posséder totalement. Si vous avez l’intention de voler ou de « redistribuer » le travail des autres, alors vous en faites des esclaves. Vous utilisez leur travail pour soutenir des personnes qui ne l’ont pas gagné et qui, souvent, ne le méritent pas.

Et oui, je me rends compte que ce type d’exploitation de la classe productive a lieu aujourd’hui, et c’est quelque chose qui doit être défait, mais ce dont je parle, c’est de la confiscation et de la redistribution à grande échelle. Les gens pensent que les choses vont mal aujourd’hui ? Ils n’ont encore rien vu.

Si les  cigales veulent maintenir leur moral, elles peuvent faire appel à des personnes préparées et à leur sens de la charité, ce que j’ai moi-même fait à l’occasion. Je ne pense pas que les survivalistes doivent refuser leur aide à toute personne en ayant besoin, mais il faut que ce soit LEUR CHOIX, et non un impératif imposé sous la menace d’une arme. S’ils refusent, c’est leur décision et cela ne fait pas d’eux des méchants. Ils ne font que récolter les fruits de leurs propres combats, de leur propre sang, de leur sueur et de leurs larmes.

Mais les  cigales ne se soucient pas de tout cela. Elles estiment qu’elles ont le droit de gagner leur vie et d’avoir du confort même si elles n’ont pas travaillé pour cela, et elles sont heureuses de le prendre aux autres si elles le peuvent, ou mieux encore, elles sont heureuses que le gouvernement le vole pour elles.

Notez bien mes paroles, donnez un mois ou deux et ces gens vont commencer à se mettre à grouiller en masse comme des criquets. Ce sont des narcissiques vicieux, leur fierté a été endommagée et ils veulent prouver que même si les survivalistes avaient raison, nous avons toujours tort car nous allons maintenant être obligés de nourrir ces mêmes cigales qui nous disaient que nos préparations étaient inutiles. Cela nous apprendra !

Bien sûr, je ne pense pas qu’ils comprennent la mesure de la réaction des fourmis. Beaucoup d’entre nous ont l’intention de riposter, et franchement, nous ne nous soucions pas de savoir qui est notre adversaire ou s’il est bien équipé. Si vous venez pirater nos moyens de subsistance et notre travail et que vous le revendiquez comme votre propriété, alors nous prévoyons de faire tomber autant de cigales que possible dans le processus.

Ma suggestion aux cigales ? Apprenez à planter et à cultiver rapidement, car vous n’obtiendrez rien de nous gratuitement, et essayer ne fera que déclencher une guerre. Peut-être que si vous demandez gentiment, nous vous apprendrons même à subvenir à vos propres besoins.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par Kira pour le Saker Francophone

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :