Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

et cela ne va pas disparaître de sitôt


Par Brandon Smith − Le 21 mars 2020 − Source Alt-Market.com


En novembre dernier, dans un article intitulé « Le crash économique jusqu’à présent : un regard sur les chiffres réel« , j’ai souligné la réalité de la fraude statistique commise par les gouvernements et les banques centrales pour dissimuler le ralentissement économique en cours. La « bulle de Tout », peut-être la plus grande bulle de l’histoire alimentée par la dette, a soutenu l’économie mondiale pendant plusieurs années, mais elle a commencé à vaciller de façon spectaculaire à la fin de 2018, lorsque la Réserve fédérale a resserré les conditions de liquidité pour affaiblir l’économie (comme elle l’avait fait en 1929 et au début des années 1930, lorsque la Grande Dépression s’est installée).


Dans cet article, j’ai lancé une mise en garde :

Si l’économie mondiale n’est pas au bord de l’effondrement, alors pourquoi les banques centrales ont-elles continué à la soutenir pendant les dix dernières années ? Et si les banques centrales ont soutenu le système, combien de temps pensez-vous qu’elles peuvent encore le faire ? Combien de temps pensez-vous qu’elles veulent encore le faire ? Et si un jour elles décidaient de laisser le château de cartes s’écrouler ? Et si un tel événement leur profitait réellement ?

Un facteur important dans cette discussion est l’idée que les banques centrales sont « ignorantes » des dommages qu’elles causent. Cette affirmation est partout dans les médias alternatifs de nos jours, et elle est tout simplement fausse. Les élites bancaires sont bien conscientes des dommages qu’elles causent et, souvent, cela profite à leur programme plus vaste de centralisation mondiale unique. En fait, Jerome Powell a ouvertement admis dans le procès-verbal de la réunion de la Fed d’octobre 2012 ce qui se passerait exactement si la Fed prenait des mesures pour resserrer les flux de trésorerie alors que les marchés sont dépendants des mesures de relance. Puis, dès qu’il est devenu le directeur de la banque centrale, il a mis en œuvre exactement cette politique.

Presque rien dans la finance et l’économie ne se passe sans être « géré », ou du moins déclenché délibérément par les banques centrales. Les crises économiques sont une forme de levier massif contre le public. Elles sont conçues pour détourner la richesse tangible de la classe moyenne pour quelques centimes par dollar tout en créant des conditions de crise sociale qui permettent aux élites de manipuler la population pour qu’elle accepte moins de liberté et plus de globalisation.

Dans le passé, j’ai constaté que les banques centrales ont clairement attendu quelque chose ou ont retardé le crash en prévision d’une période spécifique. Elles avaient besoin d’un événement qui pourrait servir de couverture au crash qu’elles avaient conçu. Cet événement pouvait se présenter sous de nombreuses formes : La guerre commerciale était un début parfait, tout comme les tensions de guerre avec l’Iran, mais il n’y avait vraiment aucun moyen de savoir quel serait le déclencheur. Eh bien, maintenant nous le savons.

La pandémie COVID-19 est un événement de couverture parfait. Il s’agit d’un virus dont la période d’incubation est étrangement longue et qui est hautement transmissible et juste assez mortel (taux de mortalité de 3 à 5 %) pour susciter la peur au sein de la population. Ce nouveau virus ne va pas disparaître de sitôt ; il va très probablement rester collé à la population mondiale comme de la colle pour le reste de l’année, comme la grippe espagnole qui a été active pendant environ deux ans. Plus il circule longtemps, plus les décès s’accumulent.

Mais le virus n’est pas la cause de l’effondrement économique ; il n’est qu’un bouc émissaire de premier choix, de même que les temps de réaction très lents de nombreux gouvernements et de l’Organisation mondiale de la santé pour encourager l’arrêt des voyages internationaux à partir des zones contaminées, ce qui a permis au virus de se propager sans entrave. L’effondrement s’est produit avant même que la pandémie ne devienne un facteur.

Nous le voyons clairement aujourd’hui dans la situation du marché des pensions de la Fed, qui a continué à s’aggraver à mesure que les entreprises mendiantes demandent de plus en plus de liquidités que la Fed n’est pas en mesure ou ne veut pas fournir. Et par liquidité, je parle de dizaines de milliers de milliards ; je parle du niveau du TARP ou d’injections plus importantes de fiat. Je parle d’achats directs d’actions et d’autres actifs en plus des obligations. Le monde de l’investissement veut que la Fed fasse pleuvoir des liquidités, et bien qu’il semble que ce soit ce que la Fed fait… ils n’en sont même pas encore proches.

Bien sûr, la question suivante est de savoir si cela aura une quelconque importance si la Fed lance une inflation de type Weimar avec son hélicoptère à pognon ? La réponse est non. Si la Fed voulait retarder l’accident, elle aurait introduit de telles mesures au cours de l’année dernière. Au lieu de cela, elle a fait le strict minimum pour donner l’impression qu’elle se souciait de sauver les marchés, ce qui n’est pas le cas.

Le modèle de Weimar, que certains analystes financiers ont bêtement utilisé comme raison pour prédire un rally boursier sans fin jusqu’au Dow à 40 000 points et au-delà, ne fonctionne pas parce qu’il n’a jamais fonctionné pour Weimar. Les actions allemandes se sont encore effondrées en 1924, puis à nouveau après 1927 ; il n’y a pas de précédent où l’hyperinflation ait assuré une augmentation des bénéfices boursiers ou une hausse des prix pendant très longtemps, alors ne vous attendez pas non plus à ce que l’argent des « hélicoptères«  de la Réserve fédérale y contribue.

Toute personne sensée peut constater que le facteur dominant de la performance des marchés boursiers a longtemps été les rachats d’actions par les entreprises, qui ont maintenant commodément disparu de la surface de la Terre à mesure que la pandémie COVID-19 se répand. Si vous voulez savoir pourquoi l’intervention de la Fed ne fait rien pour réparer les dommages causés aux actions, la fin des rachats d’actions est un bon point de départ, au même titre que les énormes dettes des entreprises et des consommateurs.

Le trou noir de la dette qui plane sur l’économie mondiale a été mis en mouvement, créant une boucle de rétroaction négative qui rend toute intervention inutile, au-delà d’une « remise à zéro économique » complète, ce qui est exactement ce que les globalistes veulent et prévoient depuis des années.

Dans l’intervalle, il y a eu une fuite vers la sécurité – mais quels actifs sont sûrs ? À première vue, il semble que presque tout, sauf le dollar américain, est en train de perdre de la valeur – mais les apparences peuvent être trompeuses. Comme je l’ai noté au début du mois dans « L’or physique va bientôt se libérer du marché du papier de manière spectaculaire« , des rapports arrivent selon lesquels les achats de métaux précieux ont grimpé en flèche, et actuellement les pièces d’argent se vendent jusqu’à 6 à 10 dollars au-dessus du prix au comptant, tandis que les pièces d’or se vendent au moins 50 dollars au-dessus du prix au comptant. Le marché physique est officiellement découplé du marché du papier.

À l’heure actuelle, nous assistons à des événements sans précédent, même au-delà du krach du crédit de 2008. Nous devons nous demander : « Quel est le calendrier ? » Si l’on considère la Chine, premier pays touché par la pandémie, son économie est encore largement paralysée. Selon les premières estimations, la fabrication chinoise devait redémarrer le 20 mars, mais les rapports de la Chine et du Wall Street Journal indiquent que cela ne va pas se produire. Tous les secteurs de l’économie chinoise ont plongé, et il ne semble pas que la chaîne d’approvisionnement de leur côté va redémarrer à court terme.

Cela a du sens si l’on considère la possibilité que la Chine ait menti pendant tout ce temps sur l’étendue des dégâts causés par le virus. L’Italie, dont la population est beaucoup plus faible, a déjà dépassé le nombre de décès en Chine avec deux fois moins d’infections confirmées. Comment un pays d’un milliard d’habitants (dont beaucoup sont âgés), entassés dans des villes comme des sardines, peut-il maintenir un taux de mortalité de seulement 2%, alors que l’Italie, un pays de seulement 60 millions d’habitants, a un taux de mortalité d’environ 6% ? La Chine aurait beaucoup à dire pour répondre à cette question, mais je ne pense pas que nous aurons un jour toute l’histoire.

COVID-19 n’est pas susceptible de s’épuiser au printemps comme beaucoup l’espèrent, et si l’on en croit l’arrêt de la production en Chine, nous avons au moins trois mois de crise solide aux États-Unis et en Europe avant qu’il n’y ait une chance de rémission. Mais même si le virus se heurte à un mur, l’économie sera déjà irrécupérable. C’est le genre d’effondrement dont il faut des années pour se remettre, et les élites mondiales veulent être les personnes qui prennent en charge la reprise.

Outre la question de la chaîne d’approvisionnement, ma plus grande inquiétude est la possibilité qu’une crise de liquidité et de crédit conduise à un « jour sans banques », c’est-à-dire à une fermeture généralisée des banques. Je pense que cela va se produire, et probablement plus tôt que prévu. Les grands médias disent déjà aux gens de ne pas retirer d’argent de leurs comptes bancaires, ce qui est mauvais signe. En général, lorsque l’homme de main vous dit de ne pas faire quelque chose, il est temps de faire le contraire.

Je n’encourage pas forcément les gens à courir vers les banques, mais je dirai qu’il vaut mieux avoir de l’argent liquide en main pendant la crise, car il y a de fortes chances que vous vous réveilliez un matin et que vous découvriez les banques verrouillées et les distributeurs de billets débranchés.

Comprenez bien qu’il ne s’agit pas d’une crise à court terme qui va se corriger d’elle-même. Il s’agit d’une catastrophe à long terme. Si vous n’êtes pas préparé en conséquence, vous devez le faire MAINTENANT. Le temps est presque écoulé.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par Kira pour le Saker Francophone

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :