Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Prélude à l'article ci-dessous

Le pire virus reste à venir ! En train d'incuber dans les laboratoires de guerre de la finance dynastique, ô combien sanguinaire au fil des siècles. Sans mise en quarantaine de cette vérole monstrueuse, nos jours sont comptés, par millions et par millions, sa létalité virale sans pareil qui s'en vient nous fera voir le coronavirus comme de la petite bière - si je puis m'exprimer ainsi. Une promenade de santé, une mise en bouche.

Et si cette mise sous séquestre des français devenait un atout en définitive ?!

Comme de renforcer encore les liens entre les personnes, tel qu'amorcé sur les rond-points. Profiter du moment pour augmenter plus encore la force, la puissance de tous et de chacun, ressortant de cette épreuve plus déterminés que jamais pour en finir avec la pulsion de mort des dégénérés aux manettes. De celles et ceux sur la scène, mais surtout, de celles et ceux qui, de la coulisse, ordonnent les génocides sans "faim", de celles et ceux qui les approvisionnent en chaire humaine et en millions de litres de sang livrés encore tiède ; banquets orgiaques agrémentés d'organes encore palpitants et d'enfants sur pied, les jours de fête en loges - dans les sous-sols de leurs Palais - consacrés à la gloire des pires horreurs faites aux autres pour atteindre à la rédemption. Un culte maudit qui a assez duré pour en finir au plus vite, rendus plus forts les uns les autres, par cette mise entre parenthèse. Avec un seul but en tête, d'abord éradiquer le virus qui s'est emparé de la France pour la détruire de font en comble tout en éradiquant les peuples qui y résident, y vivent...

TERMINÉ !!!

Stop

En dehors de cela point de salut !

 

par Alastair Crooke.

Alors que les États-Unis et le Royaume-Uni, pour endiguer les infections au coronavirus, adoptent une stratégie proche de la guerre, avec des niveaux d’intervention intrusifs dans la vie sociale, ces gouvernements – comme corollaire du verrouillage – proposent des renflouements massifs. À première vue, cela peut sembler à la fois raisonnable et approprié. Mais attendez. Renflouer quoi ? Les marchés financiers bien sûr, mais ensuite… à peu près tout : Boeing, l’industrie pétrolière américaine, les compagnies aériennes, l’industrie du tourisme et (aux États-Unis) chaque citoyen – en leur envoyant un chèque de 1 000 ou 2 000 dollars cette semaine – ou, comme on le dit à Washington, peut-être un par mois. Super ! Comme à Noël.

Les marchés se sont effondrés : ½ milliards de dollars de « liquidités » par-ci, 1,5 milliard par-là – et par-là – et par-là. Une soupe de l’alphabet des facilités de prêt – bientôt, on parlera « d’argent réel ». La soupe masque l’ampleur collective des liquidités dont disposent les banques. Et de même pour les particuliers ? 210 millions d’adultes américains X 1 000 $, X 12 ou 18 (mois), c’est une somme d’argent stupéfiante – près de 4 billions, soit 18% du PIB américain. De même, le Chancelier britannique Rishi Sunak a promis 330 milliards de livres, soit 15% du PIB, pour soutenir l’économie, en plus d’un sursis de paiement de trois mois pour les hypothèques et d’une série de reports d’impôts, et aussi pour faire « tout ce qu’il sera nécessaire de faire ».

Comment cela se fait-il ? Comment cet argent est-il soudainement disponible, alors qu’on nous a répété à maintes reprises, au lendemain de la crise de 2008, que l’austérité devait être la seule réponse ? Eh bien, bienvenue dans la « nouvelle orthodoxie » (en fait, elle n’est pas du tout nouvelle : La France l’a expérimentée au XVIIIe siècle en « imprimant » les Assignats). Appelez cela « l’hélicoptère monétaire » ou la « théorie monétaire moderne » : Le principe est qu’il est acceptable d’imprimer de la monnaie – si les gouvernements n’ont pas d’autre moyen d’en obtenir. L’idée est que « l’hélicoptère monétaire » (l’argent sorti du néant : des unités vides ne reflétant aucune valeur économique réelle sous-jacente) est un changement de paradigme. Un changement de paradigme majeur.

Il s’agit de l’héritage de 2008. Il s’agissait principalement d’une crise bancaire : L’impression de la monnaie semblait alors fonctionner assez bien, selon les élites. La principale raison pour laquelle ces « experts » ont pensé que l’impression de monnaie a fonctionné dans le sillage de 2008 est que les banques centrales ont pu relancer les bulles d’actifs financiarisés.

« Mais ce n’était pas un succès, c’était un échec », commente le gourou de la finance Peter Schiff. C’était un échec parce que cela a entraîné des bulles encore plus importantes et un endettement encore plus important – ce qui nous a précisément mis sur la voie de la crise actuelle : Car nous entrons dans cette crise sans aucun outil réel pour faire face au choc de l’offre.

En 2008, tout le monde croyait que l’impression d’argent était temporaire ; et la Fed allait pouvoir par la suite normaliser les taux d’intérêt et réduire son bilan. Cette fois, personne ne va croire cela. Non, les dettes vont s’envoler – et seront des dettes « pour toujours ».

Pourtant, pour les décideurs politiques d’aujourd’hui, tout cela semble si raisonnable, si plausible : Si la Fed inonde le système financier d’argent, les taux d’intérêt peuvent rester à zéro pour toujours. Qu’y a-t-il de mal à cela ? Certainement, cela concorde avec la carrière immobilière de Trump, bâtie sur des taux d’intérêt bas et l’endettement. Les gouvernements peuvent désormais emprunter pendant cent ans à un taux d’intérêt nul, et les banques peuvent prêter à tout va, car la Fed a supprimé l’obligation pour les banques de conserver des réserves sur leurs prêts (c’est-à-dire « imprimer » plus de crédits faciles pour les plus favorisés).

Mieux encore, les gouvernements peuvent tout simplement faire apparaître l’argent à partir de rien (en monétisant leurs dettes) : Ils peuvent utiliser ces fonds pour renflouer toutes les entreprises et tous les citoyens touchés par Covid-19, et devenir des héros. Bienvenue dans la nouvelle « Orthodoxie ».

Quelle est l’alternative ? Eh bien, c’est le sujet. La vision du monde monétariste et financiarisée poursuivie dogmatiquement au cours des dernières décennies a laissé la boîte à outils avec un seul outil (plus d’argent, plus de liquidités). Ils ont conduit le monde dans cette impasse monétariste. Ils continueront à faire la même chose (liquidité et renflouements), encore et encore, et (selon Albert Einstein), en espérant toujours un résultat différent et meilleur. Mais cela ne marchera pas. Cela ne marchera pas parce que le problème n’est pas le manque de liquidités. C’est que les entreprises ne tournent plus – pendant le confinement. Nous devons mieux comprendre les conséquences de cette folie. C’est tout.

Cette fois, la recette de 2008 ne fonctionnera pas. Les États-Unis vont être durement touchés. Et les Américains viennent à peine de s’en rendre compte.

Cette nouvelle Orthodoxie n’est qu’un coup de dés désespéré pour maintenir le système occidental hyper-financé. Le récit « mobilisé pour la guerre » est une tentative de justifier les mesures autoritaires et le faux mécanisme de sauvetage : Il n’y avait pas « d’argent gratuit » pendant les guerres.

Lors de la crise de 2008/2009, le public a été stupéfait : Le monde financier semblait trop obscur pour être pleinement compris. Ce n’est que plus tard que l’on a compris que les banques étaient sauvées en « socialisant » leurs erreurs et leurs pertes. Ces pertes ont été « socialisées », c’est-à-dire transférées dans le bilan public, et le public a été invité à s’attendre à de l’austérité et à une réduction des systèmes de santé et de protection sociale pour payer tous ces renflouements de 2008.

Cette fois, ce ne sont pas les banques, mais les entreprises et leur dette « pourrie » que les autorités espèrent préserver dans la gelée (tout comme les banques l’étaient auparavant). En termes simples, cela permettra aux entreprises surendettées de s’endetter encore plus – ces prêts étant désormais garantis par le gouvernement fédéral américain.

Mais un public mieux informé acceptera-t-il si facilement que Boeing mérite un sauvetage de 60 milliards de dollars, alors que tout son argent a été dépensé ces dernières années pour racheter ses propres actions et verser d’importants dividendes ? On peut faire valoir que si l’argent est simplement imprimé, des coupes d’austérité ne seront peut-être pas nécessaires. Mais l’impression de l’argent dilue le potentiel d’achat sous-jacent de l’argent qui existait avant la dilution. Autrement dit, ce sont les 60% qui, en fin de compte, paieront le prix – encore une fois. La nouvelle austérité sera un transfert de richesse caché par la dilution du pouvoir d’achat des gens.

Comme le note Schiff, l’inflation monétaire « n’est probablement pas seulement le pire des scénarios, c’est probablement le plus probable… les lois de l’économie s’appliquent ici comme elles l’ont fait en République Fédérale d’Allemagne à Weimar, au Zimbabwe ou au Venezuela. Si nous poursuivons la même politique monétaire et fiscale qu’eux, nous allons obtenir le même résultat monétaire qu’eux (hyperinflation) ».

Tout cela peut sembler un argument quelque peu alarmiste pour certains, mais les implications (tant politiques que géopolitiques) sont énormes. Cette approche économique du temps de guerre – en soi – ne va pas apporter de changement radical à notre monde institutionnel néo-libéralisé, ni le réformer. Cette fenêtre a été fermée après 2008. La réalité d’aujourd’hui est que « toucher » le système maintenant pourrait induire une déflation de la dette – une perspective qui terrifie vraiment l’establishment – en plus de la récession imminente due à un choc de l’offre.

Nous sommes enfermés dans les erreurs des banquiers centraux : Pas étonnant que les autorités essaient de créer une atmosphère de guerre pour dire que « l’hélicoptère monétaire » est acceptable. « C’est la guerre ». Et ils vont probablement bientôt ordonner aux militaires de descendre dans les rues. Dire ce qui est écrit ici, sera bientôt considéré comme de la « propagande ennemie ».

L’effet d’une politique d’économie de type guerre ne sera pas d’entraîner la société ou l’économie sur une nouvelle voie, mais plutôt de la replacer dans les anciennes voies. Quelqu’un croit-il que dans cette nouvelle ère d’économie planifiée, les plans de sauvetage et les lignes de crédit dirigés par le gouvernement ne seront pas principalement destinés aux élites politiques et à leurs alliés ?

Pourtant, tout comme après les sacrifices des deux guerres mondiales, l’esprit du « New Deal » est apparu dans la population. Il en a été de même au lendemain de l’année 2008 : Des appels ont été lancés en faveur d’une réforme d’un système qui a permis d’enraciner les 1% les plus riches ; mais au lieu de cela, nous avons obtenu l’austérité et un retour à la normale. La politique a été délibérément conçue pour soutenir l’ancien système et le faire fonctionner comme avant. La réforme a été refusée.

Aujourd’hui, les gens se concentrent entièrement sur la gestion de leur vie dans un contexte de confinement, mais le pendule politique a nettement oscillé (politique dite populiste) contre ce qui est largement perçu comme un « système truqué » politiquement et économiquement.

La question est donc, tout d’abord, de savoir si les mesures monétaires américaines seront couronnées de succès. Parviendront-elles à sauver le système financier, « tel qu’il était » ? Eh bien, prenez la solution de l’hélicoptère monétaire : le terme fait référence au fait de donner de l’argent directement aux individus comme si l’on larguait de l’argent sur tout le monde depuis un hélicoptère. Mais Schiff souligne que lorsque Milton Friedman (le père de l’économie monétariste) a inventé ce terme, il l’a utilisé pour une blague :

« Il l’utilisait comme un exemple de ce qu’il ne faut pas faire – sur les raisons pour lesquelles la stimulation monétaire keynésienne ne fonctionne pas. Il a dit que c’était une idée folle et stupide … Parce que lâcher de l’argent depuis un hélicoptère ne fait rien. Ce n’est que de l’inflation. Cela ne fait qu’augmenter les prix ».

Et, deuxièmement, cette approche – qui de toute façon ne fonctionne pas, car les marchés continuent d’imploser – va-t-elle provoquer une opposition plus concertée aux excès et aux inégalités financières, sous toutes leurs formes ? La demande de réforme du système néo-libéral sera-t-elle irrépressible ? Peut-être que « l’esprit de communauté » qui consiste à souffrir ensemble du virus ne sera pas aussi tolérant à l’égard des dirigeants qui n’ont pas pris les mesures appropriées pour enrayer la propagation de l’infection en temps utile ?

Ici, c’est la « guerre » contre Covid-19 – plutôt que l’autre « guerre » pour sauver l’économie – qui jouera un rôle clé dans le façonnement de l’avenir géopolitique. Assez de gens ont déjà commenté le sentiment communal et national généré par le coronavirus. Ici, en Italie, les Italiens se sentent beaucoup plus liés par l’empathie – comme s’ils combattaient un ennemi commun (ce qu’ils font en quelque sorte). Nous compatissons tous avec les habitants de la Lombardie et de Bergame. Mais les Italiens savent aussi qu’ils sont seuls.

Ce sentiment de « sauve qui peut de l’Euro » (chaque pays pour lui-même) est palpable, et ne se limite pas à ceux qui se trouvent juste en dehors des frontières de l’UE, comme ce fut le cas du Président serbe (réagissant amèrement à la nouvelle que l’UE avait imposé une interdiction d’exportation d’équipements tels que des masques et des blouses pour protéger le personnel médical) : « La solidarité internationale n’existe pas. La solidarité européenne n’existe pas », ce à quoi la plupart des Italiens auraient répondu « bravo, bravo ». La seule aide pour l’Italie est arrivée de Chine et de Russie.

C’est le retour de l’État-nation. Covid-19 va changer le cours de la politique italienne et déterminer – de manière significative – l’avenir de l’UE. Soyons clairs : les États-Unis et le Royaume-Uni ne peuvent faire ces offres de liquidités et de renflouement que parce qu’ils « impriment » de l’argent. Ils contrôlent leur propre offre de monnaie, leurs déficits et, dans une moindre mesure, ils ont une certaine marge de manœuvre en matière de taux d’intérêt. Ce n’est pas le cas des États membres de l’UE. Et les discussions sur les mesures d’atténuation financières de l’UE pour Covid-19 vont « mettre à rude épreuve » les institutions et l’unité de l’UE, peut-être jusqu’à la rupture.

Et cette attitude plus générale de sauve qui peut et ce manque d’empathie sont probablement ressentis plus profondément en Chine que nulle part ailleurs. Plus encore que l’Italie. La Chine a été dénigrée, en particulier en Amérique, d’une manière que beaucoup de Chinois estiment être à la limite du racisme. Pepe Escobar a écrit :

« Parmi la myriade d’effets géopolitiques bouleversants du coronavirus, il y en a un qui est déjà évident. La Chine s’est repositionnée. Pour la première fois depuis le début des réformes de Deng Xiaoping en 1978, Pékin considère ouvertement les États-Unis comme une menace, comme l’a déclaré il y a un mois le Ministre des Affaires Étrangères Wang Yi lors de la Conférence de Munich sur la Sécurité, au plus fort de la lutte contre le coronavirus.

Pékin est en train d’élaborer soigneusement et progressivement le récit selon lequel, dès le début de l’attaque au coronavirus, les dirigeants savaient qu’ils étaient sous le coup d’une attaque de guerre hybride. La terminologie de Xi est un indice majeur. Il a dit, pour mémoire, que c’était la guerre. Et, en contre-attaque, il fallait lancer une « guerre du peuple ».

L’Europe et l’Amérique seront confrontées à un axe sino-russe très différent dans le sillage du coronavirus. Les gants sont enlevés. Et l’Europe sera la première à en ressentir les effets : Plus de tergiversations sur l’Europe. C’est-à-dire plus de « un pied dedans, un pied dehors » dans les relations avec la Chine (sur la 5G de Huawei – pour ne citer qu’un exemple).

La Russie et la Chine comprennent bien : L’hélicoptère monétaire et les plans de sauvetage « imprimés » sans précédent vont changer la donne. Pour l’instant, le dollar américain s’envole en raison de la demande des États qui voient leur propre monnaie s’effondrer, mais qui ont emprunté en dollars – et voient ces prêts en dollars devenir de plus en plus coûteux, jour après jour.

Mais les banques centrales du G7 devront finalement lutter contre le monstre d’inflation qui sera déclenché par leurs « théories de l’hélicoptère ». La confiance dans le dollar va diminuer, au fur et à mesure des largages de dollars par hélicoptère. Les taux d’intérêt vont augmenter, et la dette occidentale pourrie deviendra toxique, et intenable à des taux plus élevés.

En un mot, le monde en viendra à considérer les États-Unis comme beaucoup moins puissants et moins compétents que les apparences ne l’ont laissé entendre. Ses lacunes seront visibles.

Le Président Poutine doit s’interroger : Alors que le dollar perd de son éclat, l’heure du réajustement monétaire mondial approche-t-il ?

source : ‘Helicopter Money’: This Is the Game-Changer Geo-Politically

traduit par Réseau International

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :