Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La réaction du public et des mouvements sociaux

Grâce à Bertell, nous découvrons maintenant que nous, le public, les humains et les citoyens sommes vulnérables à cette menace croissante depuis 70 ans sans en avoir pris conscience, sans parler de notre approbation ou de notre «consentement», même si ces événements mettent notre vie et notre planète en danger et ont érodé les conditions de vie à l’échelle mondiale. En fait, si ces menaces ne cessent pas, nos conditions de vie et la Terre elle-même pourraient déjà être détruites dans un court laps de temps.

Considérant les citations de Bertell: « L’armée a toujours 50 ans d’avance ». Et:

« Dans une nouvelle guerre les militaires n’utilisent jamais les mêmes armes qui ont été utilisées dans une ancienne » (Werlhof in Bertell 2013, page 48, Bertell Interview II, 2014).

Nous, en tant que citoyens prétendument responsables:

  1. Bien qu’embarrassant, nous devons maintenant prendre conscience du fait que nous n’avons pas été au courant de quoi que ce soit se passant dans ce domaine.
  2. Nous devons nous rendre compte que depuis la fin de la « Guerre froide » nous nous sommes permis de croire à la fin des guerres, du moins à la fin des guerres à grande échelle, et en l’absence de la menace d’une autre guerre mondiale, d’une guerre nucléaire, sans parler des guerres environnementales, des guerres dues aux catastrophes « naturelles », des armes à énergie, et de l’éco terreur! Nous avons estimé et maintenons toujours impensable que les propres forces de la Terre puissent être utilisées contre nous et la Terre elle-même, et nous ne connaissions même pas du tout ces forces ….!
  3. Ainsi, nous devons nous demander comment et s’il y a encore une différence entre l’ami et l’ennemi, les civils et les militaires, les conquérants et les vaincus. Pourquoi cette distinction est-elle devenue sans importance? Quel genre de guerre est-ce?

En ce qui concerne les mouvements sociaux, l’analyse de Bertell suit:

  • Il existe un mouvement pour la paix qui n’a pas reconnu qu’il existe une guerre moderne, dirigée vers et contre l’environnement (Bertell 2013, p.57f, 325f, 344ff).
  • Sur la base d’une destruction de l’environnement de plus en plus évidente, il existe néanmoins un mouvement écologique qui n’a pas encore pris conscience des problèmes, qui ont notamment été causés par l’armée (Bertell 2013, p.71).
  • Le mouvement antinucléaire n’a pas réalisé le développement post-nucléaire des armes de destruction massive qui supplante la nécessité des guerres nucléaires au sein de l’armée (Bertell 2013, p.58).
  • À l’heure actuelle, on observe une tendance à la création de «mouvements de justice environnementale». Ces «mouvements» entendent promouvoir la «géoingénierie» civile dans les domaines de la science civile, de la politique et de l’industrie privée, en prétendant lutter contre le «réchauffement climatique». Ils sont principalement composés de géo-ingénieurs. Ils prétendent être en mesure de lutter contre le réchauffement climatique sans en affronter les causes! (Hamilton in Bertell 2013, pages 485 et suivantes, Bertell 2013, page 312 et suivantes). La responsabilité du réchauffement climatique se situe aux portes des émissions civiles de CO2, une position qui n’est prise que depuis 1997 (protocole de Kyoto, Bertell 2013, page 311).

Selon Bertell, pas une seule conférence sur le climat n’a jamais mentionné le CO2 avant cela! Cependant, le mouvement des géo-ingénieurs ne se concentre pas sur la réduction des émissions de CO2. Au contraire, ce mouvement suppose qu’il n’y a aucune chance d’imposer politiquement des normes considérables à cet égard. Ce «mouvement» vise les symptômes allégués et non le problème des dommages de la Terre elle-même tout en attirant des ressources financières et techniques considérables (Fraile 2015, Weiss 2014, 2016).

rosalie-bertell2Sous les prémisses de la thèse CO2, ces géo-ingénieurs ne modifient rien de moins que la dimension planétaire des éléments de la Terre. Avec les océans (« fertilisation des océans »), les couches de l’air (aérosols, « Solar Radiation Management », SRM, pulvérisations, Bertell 2013, p.2253; 319), et le sol (déforestation (!), l’action pour augmenter l’albedo (la réflexion du rayonnement solaire par les surfaces blanches et les nuages), pour faire écran à la chaleur solaire et / ou pour une absorption plus efficace du CO2 et pour éliminer la nécessité de réduire le CO2. Bien que les dangers résultant du CO2 soient soi-disant menaçants, cette approche nie la nécessité de traiter plus avant la question – c’est ainsi qu’on peut s’en débarrasser! Le processus de lutte contre le réchauffement climatique de la planète, une fois lancé dans un contexte d’ingénierie, devrait – comme le disent les géo-ingénieurs – se maintenir «indéfiniment» pour maintenir le climat et ne pas risquer une surchauffe immédiate de la planète sous la chaleur étouffante d’un Soleil qui pourrait briller dans le ciel bleu. En fait, un réchauffement partiel de la Terre a effectivement lieu. Cependant, cela ne se produit pas dans la troposphère où le CO2 s’accumule réellement, mais plutôt dans les couches supérieures de la stratosphère dans lesquelles HAARP et les installations similaires – les «réchauffeurs ionosphériques» – sont actifs! (Phillips 2011).

Au total, après tout, le réchauffement de la planète ne peut pas être le résultat des émissions de CO2 ! (Bertell 2013, pp. 321-323). Le CO2 est sale, mais il ne chauffe pas, comme elle le dit. À part Bertell presque personne n’a remarqué que la crise environnementale sous l’apparence de la soi-disant crise climatique, ainsi que les solutions alléguées pour cette crise, à savoir la géoingénierie, proviennent tous deux des mêmes laboratoires militaires!

Ironiquement, comme il est dit dans la contribution de Hamilton au livre de Bertell: L’armée elle-même n’admet pas du tout l’existence d’une quelconque sorte de crise climatique! Les mesures de géoingénierie militaire ne visent pas à réduire le réchauffement climatique. Ces mesures ont été inventées pour des raisons totalement différentes, notamment militaires: ce sont des armes géologiques (Bertell 2013, p.58).

chemtrails-geoengineering1-300x152Plutôt que de trouver comment stopper les perturbations militaires et la manipulation du climat par, comme le dit Bertell, «des guerres météorologiques, des armes plasma et la géoingénierie» par exemple, en éteignant les «réchauffeurs ionosphériques», la discussion se concentre sur les conséquences de cette guerre mondiale – précisément en employant les mêmes mesures qui les ont réellement provoquées!

Le fait que ce ne soit pas le prétendu problème du CO2 ni même la «nature perverse» qui s’oppose à nous, reste caché en raison de la création d’une confusion délibérée! L’un des plus grands sponsors privés de la géotechnique, qui la pose comme une mesure civile pour contrer les conséquences des émissions de CO2, alors que c’est un plan militaire contre la planète, est l’homme le plus riche du monde, Bill Gates (Bertell 2013, p. Hamilton dans Bertell 2013, page 504).

La fin des accusations de  » théorie du complot  » ?

Le livre de Bertell pourrait être le début de la fin des insultes et des soupçons qui ont poussé à faire résonner tout cela comme une « théorie du complot » (un terme inventé par la CIA pour réprimer ceux qui doutaient de la version officielle du meurtre de JF Kennedy). Là où les développements actuels correspondants sont sortis de la sombre salle de l’anonymat, du secret, du déni et de la dissimulation – comme Bertell l’a fait -, il ne sera plus possible de balayer les faits!

Cependant, cela ne se produit pas encore, comme nous le savons maintenant, cinq ans après avoir publié Bertell en allemand – la première véritable apparition publique de son livre après la banqueroute soudaine de son éditeur anglais en 2000. Le contexte de cette stratégie pour cacher les faits peut être précisément observé dans la dissimulation permanente des liens entre la crise environnementale et les expériences et attaques militaires. Cacher simultanément par tous les moyens une guerre « officieuse »  non déclarée et / ou peut-être faisant déjà rage, est nécessaire pour ne pas risquer l’opposition de la société civile, voire de la loi, comme cela se produirait inévitablement si la réalité devenait publiquement évidente (Storr in Bertell 2913, page 545). MacDonald, qui a été mentionné plus tôt, explique qu’une telle «guerre secrète» n’a jamais besoin d’être déclarée ni même connue des populations touchées. Cela pourrait durer des années et seules les forces de sécurité impliquées en seraient conscientes (MacDonald, 1968). Ce genre de «géo-terrorisme» aussi bien que de «technetronic» (MacDonald) apparaîtrait sous l’apparence de la militarisation ou d’ »accidents industriels » dans l’ « armement», de «catastrophes environnementales» et de «géo-ingénierie» (Phillips 2011). .

Rosalie Bertell déclare que l’armée a besoin de nous pour la légitimation puisqu’elle a besoin de ressources civiles (Bertell 2013, p 388) et de démarches, comme par exemple par des scientifiques, et de notre croyance dans sa capacité à créer une sécurité dans un sens militaire (Bertell 2013, page 365) et en cas de catastrophe. Nous faire supposer qu’elle produit lui-même ces catastrophes serait bien sûr un mauvais choix! Le domaine académique civil est précisément celui qui affirme l’impossibilité de ce type de catastrophe en raison d’une manipulation délibérée des événements naturels. Toutes les catastrophes des dernières décennies, à savoir 10 fois le nombre de catastrophes naturelles par rapport à avant 1970 (Bertell 2013, p.306) et l’ensemble sans fin des séismes les plus graves dans le monde, ne sont rien d’autre que de simples événements naturels. Nous ne devons pas oublier, que la  «science normale» est incapable d’expliquer ces phénomènes, puisqu’elle n’a jamais pris en compte ce que Nikola Tesla avait exploré et inventé. La Terre semble être restée inchangée sur le plan tectonique et sismique, et il n’y a pas d’explication raisonnable pour l’augmentation de l’activité volcanique, par exemple.

Pourtant, c’est la science elle-même qui permet les dangers discutés par Bertell. Car sans la science, le développement des technologies pertinentes relatives à notre sujet n’aurait jamais été possible. Il est important de faire prendre conscience des faits cachés d’une science au service des militaires dans le cadre des sciences elles-mêmes. La science civile va perdre sa réputation et sa crédibilité auprès du public, en essayant de dissimuler des méga-crimes possibles et actuels qui ne seraient pas possibles sans sa coopération avec la science militaire en premier lieu. Comme l’a dit Lowell Wood, géo-ingénieur civil et disciple d’Edward Teller:

« En tant qu’êtres humains, nous avons toujours influencé notre environnement comme nous le voulions. Pourquoi pas la planète? » (Hamilton in Bertell 2013, page 501). 

Les dommages globaux à la planète.

Pendant ce temps, la Terre, notre planète, est dans des conditions critiques. Selon Bertell, elle a été affaiblie et pourrait déjà avoir été irréversiblement endommagée (Bertell 2013, p 59, 228, 320, 323, 326, 455, 473). La planète est devenue « une victime de la recherche militaire » (Bertell 2013, p.483). C’est comme si l’air, l’eau, le sol, les animaux, les plantes et les humains étaient présentés comme un «sacrifice» (Bertell 2013, pp 325ff) aux «Dieux»!

Bertell illustre comment l’armée cause les plus grands dommages environnementaux, usurpe la plupart des ressources et gaspille les conditions de vie sur Terre en la compromettant impitoyablement et sans conscience (Bertell 2013, pp. 335ff). Elle établit des parallèles entre l’armée et le comportement d’un toxicomane. Le toxicomane ne s’abstiendra pas de sa dépendance par lui-même. Évidemment, tout cela va sans la connaissance ou l’approbation de la population de la Terre, indépendamment de nos systèmes et croyances démocratiques.

Les effets préliminaires des nouvelles armes qui ont été décrites ici en partie sont:

  • Outre les dommages causés par l’exploitation minière, chimique, nucléaire et génétique, les industries de la vie, la nanotechnologie et les substances pulvérisées comme l’aluminium, le baryum, le soufre et le lithium, qui continuent à détruire l’atmosphère, le sol, l’eau, les plantes et les conditions de vie.
  • il y a des trous dans la couche d’ozone, produits par des décennies d’essais nucléaires, de vols supersoniques et de vols de fusées dans l’espace (et non par FCKW comme on nous le dit constamment!)
  • il y a des perturbations du champ électromagnétique de la Terre à l’intérieur de son noyau comme à l’extérieur dans l’espace et dans les ceintures de Van Allen,
  • il y a des trous et des incisions à travers les couches protectrices de l’atmosphère, produites par des réchauffeurs ionosphériques,
  • il y a une oscillation / un déséquilibre du mouvement planétaire (Bertell 2013, p.450) et un ralentissement de la rotation,
  • il y a donc l’accélération possible d’un décalage polaire magnétique / d’une inversion polaire;
  • il y a le dégel actif de la région arctique (Bertell 2013, p.227) depuis les années 70 du XX esiècle
  • provoquant une augmentation des niveaux de l’océan, une perte d’eau douce,
  • et il y a déjà un affaiblissement du Gulf Stream par 1/3, dont la fin signifierait un éventuel nouvel âge glaciaire pour l’Europe.
  • Il y a la disparition des glaciers dans le monde entier qui entraîne d’énormes inondations maintenant et des sécheresses extrêmes plus tard avec pour effet que les grandes rivières du monde s’assécheraient et laisseraient la population et la nature sans eau douce.
  • De plus, les couches extérieures de l’atmosphère diminuent d’un kilomètre tous les cinq ans (Bertell 2013, chapitre 3-5 de la partie II, textes additionnels A, D et C de la partie IV).
  • Cela signifie la perte de protection de l’atmosphère contre les radiations cosmiques comme les UV, les rayons gamma, les micro-ondes et les rayons X à la surface de la Terre (Bertell 2013, p.230), préjudiciable à toute vie et
  • si plus, c’en sera fini de l’agriculture.
  • Cela signifie le chaos climatique et climatique partout et la perte de tout équilibre à prévoir.
  • Cela signifie des catastrophes naturelles de toute ampleur, et il sera pour la plupart impossible de faire la distinction entre les catastrophes naturelles et celles fabriquées, en particulier lorsque le point de bascule est atteint, et que des effets synergiques entrent en jeu.
  • Cela signifie qu’aucune catastrophe ne peut être prévue ou prévenue. Les catastrophes peuvent et se produisent partout et à tout moment.
  • S’elles sont utilisées pour la guerre, ces armes peuvent même conduire à une destruction totale de la planète en tant que telle, comme l’a averti Tesla (Bertell 2013, p.241).

Quels sont les plans? Que se passe-t-il actuellement? Combien des systèmes vivants de la Terre ont déjà été détruits de manière irréversible? Comment se déroule déjà le processus de destruction? Qu’est-ce qui signifie que la nature a un décalage de 40-60 ans pour répondre à nos manipulations? Cela signifie-t-il que rien ne va arrêter ce qui commence seulement à se produire maintenant? Et qu’ignorons-nous des expériences en cours? (Bertell 2013, page 305)

On peut anticiper: un effet boomerang, une némésis – une contre-réaction – de la nature, des synergies / points de bascule ainsi que des «effets secondaires» imprévisibles qu’il faudra prendre en compte (Bertell 2013, p.256). « Comment réparer un système sans le comprendre? » C’est une question que se posent les géo-ingénieurs en ce qui concerne le climat. Ce qu’ils omettent dans le processus, c’est le fait qu’ils se réfèrent à un «système» qui a été attaqué précisément par eux, et cela aussi, avant qu’ils aient eux-mêmes compris!

Le phénomène de  » kyndiagnosia», l’incapacité à reconnaître le danger, est omniprésent dans la science, la politique, l’économie, l’écologie, la société et en particulier dans l’armée. Depuis toujours la société a permis à ces institutions de mettre la vie en danger – la vie des gens, de la nature et maintenant même de la planète – pour leurs actions et leurs expériences destructrices. Jamais les principes des crimes de guerre, définis par le Tribunal de Nuremberg après la Seconde Guerre mondiale, ne leur ont été appliqués (Bertell 2013, p.474).

Besoin de plus que d’une explication théorique

Puisque toute l’entreprise cause du tort à tout le monde, elle devient incroyable et apparemment irrationnelle. Une explication est nécessaire. Qui d’entre nous, les humains ordinaires, pourrait comprendre cette promotion délibérée de la folie?

Rosalie Bertell explique les multiples faits qu’elle a recueillis au sujet de l’armée en tant qu’institution qui existe pour les guerres, en cours et planifiées. Comme il semble clair, par conséquent, que l’armée est spécialisée dans la destruction et dans des systèmes de destruction toujours nouveaux, il semble qu’il n’y ait aucune nécessité d’une explication plus approfondie. Cette nécessité existe cependant, car les technologies militaires proviennent des sciences naturelles, aussi bien civiles que militaires.

Bertell, cependant en tant que scientifique elle-même, n’a pas développé de critique des sciences en tant que telles, ce qui signifie la science moderne. L’analyse des origines et du développement de la science moderne montre néanmoins que l’armée n’est que la pointe de l’iceberg. Sous sa surface d’eau, il y a la montagne d’une science qui a été inventée dans les temps modernes. Elle a commencé par planifier la nature sous toutes ses formes, y compris les femmes en tant que «nature», en les détruisant et en les contrôlant ainsi que la nature au moyen de «l’expérience scientifique». Les technologies respectives ont d’abord été développées dans les donjons de la « Sainte Inquisition » (Merchant 1982). Ces nouvelles sciences n’étaient pas seulement motivées par une société «patriarcale» qui s’intéressait aux nouvelles formes de soumission des femmes, mais aussi en travaillant avec et pour les militaires depuis leur tout début (Wagner 1970). Aujourd’hui, ils finissent maintenant par essayer de contrôler Mère Nature aussi, comme la Terre elle-même, comme une sorte de «sorcière méga», la détruisant, la planète, comme nous le savons maintenant.

Ainsi, les choses sont restées les mêmes jusqu’à aujourd’hui, la seule, mais importante différence étant que les dimensions et les dangers qui se sont multipliés depuis, ainsi que le lien global entre les sciences civiles et militaires semble être en dehors de la connaissance générale et de la conscience. Quand on regarde la destruction de la nature et de la vie qui se produit partout et qui ne peut plus être niée, même sans guerre directe, on peut alors comprendre ce que cela signifie que les sciences sont liées à l’armée même si elles déclarent être « civiles » et « pacifiques ». De cette façon, toute l’entreprise scientifique est en réalité une guerre contre la vie, l’armée n’étant que son apogée. C’est exactement ce que nous expérimentons maintenant en taille réelle.

Donc, nous devons maintenant répondre à la question de savoir pourquoi et comment cela s’est produit et est même promu par la Société, en utilisant tous les moyens possibles, comme nous l’avons vu.

Du point de vue de mon approche de la « théorie critique du patriarcat », l’armée a inventé quelque chose comme une « alchimie militaire », une expression que Rosalie Bertell aimait beaucoup quand elle l’a connue. (Elle voulait même qu’une nouvelle édition de son livre soit intitulée de cette façon). Cela signifie que la dimension patriarcale de la civilisation moderne haïssant les femmes et la nature (Werlhof 2016b) remonte à l’Antiquité, où la science et la technique d’une «alchimie» patriarcale ont été développées. Leur but à cette époque était déjà de commencer à prendre le contrôle des femmes, des mères et de Mère Nature afin de les transformer dans une vie et une matière prétendument plus élevées et meilleures, à savoir une vie sans mère et un or artificiel (Schütt 2000, Werlhof 2011). Ils ont échoué à le faire et n’ont pas réussi. Avec l’invention de la science et de la technologie modernes, néanmoins, les «alchimistes» modernes ont recommencé avec le même projet, ayant beaucoup plus de succès que jamais auparavant dans l’histoire. Les résultats peuvent être admirés aujourd’hui: la machine, la marchandise, l’argent et le «capital» en général étant les merveilles alchimiques de la modernité qui sont censées remplacer la vie, la nature et la «matière» par quelque chose de plus civilisé, plus développé et plus divin!

Du nucléaire, de la génétique et de la nanotechnologie à la géoingénierie, de la micro- à la macro-vie, telle a été la voie de l’alchimie moderne, l’alchimie militaire de la géoingénierie étant sa dernière invention ; tel que je le vois (Werlhof 2011, 2014, 2015).

L’Anthropocène (Crutzen 2002) est le résultat, l’ère de la Terre de l’humanité, pour être vraiment Dieu! C’est « prouvé »:

  • en transformant – « piratant » – la planète en un instrument gérable, comme si cela était souhaitable et possible sans l’endommager;
  • en inversant la planète vibrante en une autre « meilleure », une machine géante prévisible, une Méga-Machine, et une machine de guerre!
  • par le biais du contrôle ultime voulu de tous les processus de la vie, y compris ceux de la planète dans son ensemble;
  • et, finalement, à travers un «apprivoisement» de la Terre Mère comme une sorte de «sorcière méga» dangereuse et menaçant la vie! (« Dr. Strangelove » dans Hamilton 2013, page 498ff)

Il y a des gens au travail qui ne plaisantent pas du tout, mais qui risquent le dernier et le plus grand matricide, celui de la Terre elle-même. Ces personnes sont « autorisées » à le faire! La nécessité d’exiger la fin d’une entreprise aussi dangereuse et l’orgueil n’a pas été reconnue, et une telle entreprise n’a pas été interdite! On croit évidemment que tout cela est un «progrès» et un «développement» désirables et que cela vaut vraiment la peine d’y aspirer. Donc, en tant qu’effort, il prend une dimension vraiment religieuse. Nous pouvons voir de cette façon, à quel point ce genre de «vœu pieux» et d’orgueil est déjà historiquement vieux. Un échec semble inconcevable pour les auteurs, et une telle chose n’existe même pas dans leur esprit.

Ce développement a duré 500 ans – enraciné dans un début belligérant-religieux-idéologique de 5000 ans. Il arrive à un point culminant et pour finir maintenant: Nous parlons de la pensée « patriarcale » et du développement d’un « système alchimique » global basé sur le projet utopique de la destruction et de la substitution technique d’une nature maternelle, un processus qui semble être devenu « l’inconscient collectif » de la civilisation d’aujourd’hui. (Werlhof 2010, 2014a, 2015, 2016b, Projektgruppe 2011).

Bertell parle des dangers et du secret entourant les activités militaires:

 «  Jusqu’à présent, personne n’a clairement pris en compte les conséquences potentielles, les a décrites ou admises. « (Bertell 2013, p.473).

Ce que nous entendrons finalement ne sera pas différent de ce que l’industrie nucléaire, qui en fait reste non assurée contre l’échec, doit dire, à savoir qu’elle a supposé que le scénario du «pire» n’aurait jamais eu lieu.

Bertell était toujours optimiste en l’an 2000. Elle était confiante dans les mouvements de base à travers le monde et leur capacité à s’allier avec des organisations internationales comme l’ONU pour affaiblir l’armée et même abolir la guerre (Bertell 2013, p.376), et de trouver un chemin vers un avenir pacifique et amical façonné par le respect envers la Terre et le maintien de la «sécurité écologique».

Aujourd’hui, 16 ans plus tard, la crise actuelle pointe vers un développement complètement différent, sinon vers une nouvelle guerre mondiale (Chossudovsky 2012 et 2015) qui semble avoir déjà commencé. Cependant, le public, la plupart des sciences civiles, des mouvements sociaux et la plupart des politiciens n’ont pas encore compris comment fonctionne le nouvel armement des guerres météorologiques, des armes à plasma et de la géoingénierie. Ils ne comprennent pas pourquoi il devrait être possible de produire des tremblements de terre, éruptions volcaniques, tempêtes, sécheresses, inondations, courants océaniques changeants, tsunamis, influençant le temps de régions entières, chaleur et froid, conditions anormales au-delà des saisons ou des zones climatiques –  déjà mentionné dans la Convention ENMOD de l’ONU en 1977.

La raison en est que ces effets sont principalement dus aux « technologies Tesla », basées sur la manipulation du potentiel électromagnétique de la Terre. Le physicien et inventeur Nikola Tesla (1856-1943) n’a jamais été publiquement reconnu par les sciences civiles, même si sans lui il n’y aurait pas de courant alternatif, pas de dispositif électronique, et pas de communication sans fil. L’idée de Tesla de traiter les phénomènes de la vie via ses «ondes» plutôt que via ses «particules», en influençant ses mouvements plutôt que sa matière solide, comme cela était habituel dans la science moderne, a conduit à des inventions d’un caractère et d’une ampleur qui n’auraient jamais pu être produits, ni expliqués par la physique « normale ». Les inventions de Tesla (Tesla 1919) ont été secrètement reprises par les militaires à l’Est et à l’Ouest à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et n’ont jamais été discutées en public. On a encore moins reconnu comment les inventions de Tesla étaient en relation avec la physique quantique, une autre partie de la nouvelle physique du siècle dernier, produisant des armes encore plus terribles ; comme l’a expliqué Bearden, un disciple de Tesla (Bearden 1986; Bertell 2013, pp. 237, 239, 243, 251, 454, 468ff).

« Malheureusement », dit Bertell,  « attendre que ces armes soient employées pour pouvoir ensuite mieux les comprendre signifiera la fin de notre civilisation et de notre vie. Notre recherche doit être en avance sur les menaces au lieu de clopiner derrière. Les chemtrails sont la tentative de guerre biologique et chimique. Ce qu’ils déversent sur nous maintenant ne peut être qu’un avant-goût de ce qui est réellement planifié». (Bertell, email 27.1.2011)

 Qu’en est-il de la situation juridique?

«  Aucune loi n’interdit l’altération du climat de la Terre »  (Hamilton in Bertell 2913, p 502).

La position de Bertell sur cette question: si l’armée altère notre air, notre eau, le sol et les forces de notre Terre, ou fait tout ce qui remet en question nos conditions de vie, sans parler du potentiel de les détruire, alors cela ne doit tout simplement pas avoir lieu ! Tout d’abord, cela doit être discuté publiquement … Au-delà de tout secret, nous devons y avoir droit!

Le défenseur de l’environnement Dominik Storr:

« Le fait que la guerre géophysique contre la Terre mère n’ait pas de répercussions juridiques est, cependant, aussi un symptôme d’échec politique complet. Politiquement, il n’a pas été possible de générer des normes juridiques contraignantes concernant les limitations, et encore moins une interdiction des mesures de modération climatique et climatique. « (Storr in Bertell 2013, page 528).

Car elles restent cachées et sont considérées comme inexistantes, bien que les lois concernant les droits humains en général soient suffisantes pour interdire le climat et la géoingénierie, une fois examinées et prouvées leurs effets nécessairement néfastes sur la santé des personnes ainsi que sur l’environnement en tant que tel. La Convention UN-ENMOD interdit l’utilisation hostile de techniques qui modifient l’environnement. Cette convention ne peut donc pas être considérée comme une activité juridique dans la mesure où un usage «scientifique et pacifique» de ces techniques se propage, comme le propose la géoingénierie civile. Ainsi, l’usage militaire de celui-ci doit être gardé secret (Storr dans Bertell 2013, p 526, 530ff, 534ff).

Aucune des Conférences de l’ONU n’a présenté une discussion sur le comportement militaire, d’après Bertell, même si l’ONU a bien conscience de l’existence de la modification de la météo pour les guerres depuis 36 ans, et a effectivement interdit cela, le sujet n’a même  pas été soulevé lors de la conférence de Copenhague 2009, dont le climat était le sujet central. Cela n’a pas non plus été le cas lors de la Conférence des Nations Unies COP21 pour la même question à Paris en 2015.

Au lieu de cela, cependant, l’ONU a imposé un moratoire mondial contre la géoingénierie à Nagoya en 2010, interdisant l’action individuelle, donc privée. On s’en fout. À la Bourse, on peut gagner de l’argent avec des «produits dérivés du temps».

Que pouvons-nous faire?

Notre objectif est d’éveiller le public, les médias, les mouvements, la science, la politique, l’UE et surtout les gens, en particulier les jeunes.

Les théories officielles sur le réchauffement climatique et les raisons invoquées, à savoir la production civile de gaz CO2, telle que récemment maintenue lors de la dernière COP21 de l’ONU sur les changements climatiques à Paris (2015), doivent être démantelées (Bertell 2013, pp. 300ff). Le GIEC – le Groupe d’experts intergouvernemental sur le changement du climat – comme la principale institution officielle qui propage la théorie de l’importance du CO2 sur la base d’une simple simulation informatique n’a aucune réelle preuve (Storr in Bertell 2013, p533). La plupart des scientifiques ont même de sérieux doutes sur la thèse du CO2 (Weiss 2016, Wigington 2016). Les résultats de scientifiques indépendants comme Marvin Herndon ne sont pas publiés (aaO). Des enquêtes comme celles de l’activiste Dane Wigington ne sont pas appréciées (Wigington 2016), même s’il cite des sources officielles comme un récent discours du directeur de la CIA Brennan sur la géoingénierie et certaines de ses méthodes. D’un autre côté, les géo-ingénieurs civils nient l’utilisation réelle de ces méthodes, prétendant qu’ils ne sont que sur la table de discussion pour une utilisation ultérieure éventuelle (Fraile 2015, Weiss 2014, 2016). De cette façon, ils évitent tout problème juridique, tout problème avec la société civile et toute proximité avec l’armée. Car, si le changement climatique est reconnu comme étant le résultat de l’application de la géoingénierie militaire, il n’y a plus de moyen de propager cette dernière contre le changement climatique!

1280px-COP21_participants_-_30_Nov_2015_23430273715

Rosalie Bertell est une révélation! Elle nous emmène dans sept décennies de manipuation et de destruction des systèmes terrestres, et montre combien la réalité est devenue entre-temps compliquée, car les effets synergiques ont pu influencer d’une part, alors que les résultats de la recherche scientifique à leur sujet pour le public sont manquants d’autre part.

Elle nous montre cela et pourquoi une nouvelle dimension n’a jamais été considérée jusqu’à présent doit être reconnue – celle qui est planétaire. En même temps, elle démontre que cette planète est un être cosmique gigantesque, mais amical et beau, qui veut maintenir l’abondance de vie qu’elle a créé pendant des milliards d’années – nous inclus! Rosalie Bertell est capable de voir les nouvelles dimensions des dangers incroyables qui nous menacent, de les analyser sobrement et d’appeler à notre amour pour la Terre Mère comme une manière mentale et spirituelle d’avancer en même temps. C’est une invitation à ne pas abandonner, à ne pas se cacher et à ne pas sombrer dans le désespoir, mais à commencer à s’ouvrir, à se joindre, à s’organiser et à défendre cette Terre, car c’est la seule que nous avons. Je l’appelle sa « conscience planétaire » (Werlhof 2014b), une conscience pour cette planète merveilleuse qui doit être aimée et protégée par nous. Quoi d’autre?

Rosalie s’est qualifiée d’écoféministe. Sa conscience et son amour de la Terre Mère ne sont-ils pas exactement ce dont l’écoféminisme a besoin aujourd’hui pour être au niveau d’une réalité qui est entrée dans une nouvelle dimension, qui n’a jamais existé auparavant sur Terre? La clé est donc de se réveiller à cette conscience planétaire avant et non après une guerre géophysique électromagnétique. Un nouveau mouvement sera nécessaire pour y arriver et une théorie plus large pour le comprendre.

Le livre de Bertell est un  avertissement global  pour nous tous.

Claudia von Werlhof

——————————————— 

Article original en anglais : Earth as Weapon, Geo-engineering as War, publié le 28 novembre 2017

 Cet article a d’abord été publié par PBME.

Traduction en français par Edithacseipica.fr

Sources

Altnickel, Werner: Kerner et Greenpeace: Über Chemtrails, Massenmord et HAARProben. Interview d’Ein avec Chemtrail-Kritiker Werner Altnickel, dans Kopp Nachrichten, 18.11. 2011

Bearden, Thomas E .: Fer de Lance. Briefing sur les armes électromagnétiques scalaires soviétiques, Santa Barbara, Cheniere Press 1986/2002

Bearden, Thomas E.: Skalar Technologie, Peiting, Michaelsverlag 2012 (en anglais: Gravitobiology)

Begich, Nick et Manning, Jeanne: Löcher im Himmel, Peiting 1996 / Les anges ne jouent pas ça HAARP: Les progrès de la technologie Tesla, Earthpulse Press

Bertell, Rosalie: Pas de danger immédiat? Pronostic pour une Terre radioactive, Londres / Toronto, The Women’s Press, 1985

Bertell, Rosalie: Planète Terre. The Latest Weapon of War, Londres, La presse féminine 2000

Bertell, Rosalie: Kriegswaffe Planète Erde, JK Fischer Verlag, Gelnhausen 2011 / 2e éd. Birstein 2013 / 3. ed. 2016

Bertell, Rosalie: Interview: Sommes-nous les dernières générations? La radioactivité comme extinction progressive de la vie, dans: 8 ème lettre d’information, 2013b, www.pbme-online.org

Bertell, Rosalie: Interview: Planète sans avenir? Nouvelles armes à travers la destruction de la Terre mère 2010, dans: 9 ème lettre d’information, 2014, www.pbme-online.org

Carson, Rachel: Printemps silencieux, Mifflin, Boston / New York 1962

Chossudovsky, Michel: Vers un scénario de la Troisième Guerre mondiale, Global Research, Ottawa 2012

Chossudovsky, Michel: La globalisation de la guerre. La «longue guerre» américaine contre l’humanité, Global Research, Ottawa 2015

Crutzen, Paul, J .: Géologie de l’humanité , dans: Nature 415, 23; 2002

Dahl, Jürgen: Die Verwegenheit der Ahnungslosen. Über Gentechnik, Chemie et Andreas Schwarze Löcher des Fortschritts, Stuttgart, 2. éd. 1994, Klett-Cotta

Groupe ETC: Le grand ralentissement? Nanogéopolitique, 2010 www.etcgroup.org/sites/all/modules/civicrm/extern/url.php?u=129&qid=S7135

Fraile, Josefina: Ingénieurs du climat à Berlin. Coup d’État contre la démocratie mondiale – Rapport résumé d’un activiste écologiste critique, dans: 11 e lettre d’information, juillet 2015, www.pbme-online.org

Günther, Siegwart-Horst: Uran-Geschossé: Schwergeschädigte Soldaten, mißgebildete Neugeborene, sterbende Kinder.  Ahriman, Fribourg (Brisgau) 2000, 2. éd.

Hamilton, Clive: Die Rückkehr des Dr. Strangelove – Die Politik der Klimamanipulation als Antwort auf die globale Erwärmung, in: Bertelll 2013, pp. 485-507

Information-Lettres du Mouvement Planétaire pour la Terre Mère « , www.pbme-online.org

Lengfelder, Edmund: Kaku, Michio dans Bob Nichols: Fukushima: Combien de Tchernobyls est-ce? 8.7.2011 (dans: 4. Info-lettre PMME, Okt. 2011)

MacDonald, Gordon: Comment détruire l’environnement, dans: Nigel Calder: À moins que la paix ne vienne: Une prévision scientifique des nouvelles armes, Londres, Pelican 1968, pp 119-213 (voir aussi https://calderup.wordpress.com/tag / sauf-paix-vient / , 6.4.2012) http://blog.modernmechanix.com/2012/01/12/climate-control-is -coming /? utm_source = feedburner & utm_medium = feed & utm_campaign = Nourrir% 3A + ModernMechanix +% 28Modern + Mechanix% 29

Marchand, Carolyn: La mort de la nature. Les femmes, l’écologie et la révolution scientifique, Sn Francisco, Harper & Row 1982

Moret, Leuren: Erdbeben au Japon et Atomunfälle sind Folgen eines tektonischen Nuklearkrieges, www.politaia.org/kriege/bekannte-Geowissenschaftlerin …, 23.3.2011a

Moret, Leuren: Der tektonische Nuklearkrieg wird von den weltweiten HAARP-Partnern beobachtet, www.politaia.org/kriege/leuren-moret …, 27.5.2011b

Moret, Leuren: Méga-Tsunami, totale Kernschmelze und Strahlenkrankheiten, www.politaia.org/israel/leuren-moret-am-14-06-2011 , 19.6.2011c

Moret, Leuren: Japon, États-Unis, Kanada vertuschen Fukushima-Strahlungsdesaster, www.politaia.org/sonstige-nachrichten/leuren-moret …, 21.8.2011d

Morphée: Transformation der Erde. <Interkosmische Einflüsse auf das Bewusstsein, Berlin / Munich 2010, 2. Aufl., Trinity Verlag id Scorpio Verlag GmbH & Co. KG

MUOS: La marine américaine lance son 4ème satellite de télécommunications MUPÒS, dans: Spacenews, 3 septembre 2015

Newsweek (condensé de Newsweek) Climate Control arrive.

Avril 1958 http://blog.modernmechanix.com/2012/01/12/climate-control-is-coming/ ? Utm_source = feedburner & utm_medium = feed & utm_campaign = Nourrir% 3A + ModernMechanix +% 28Modern + Mechanix% 29.

Phillips, Jeff: Le géoroterrorisme: l’armement des «accidents industriels», les catastrophes naturelles et «l’ingénierie de l’environnement», 4, 2011 (voir www.pbme-online.org)

Ponte, Lowell: Le refroidissement. La prochaine période glaciaire a-t-elle déjà commencé? Pouvons-nous survivre? Prentice Hall, Falaises d’Englewood, NJ 1976

Projektgruppe « Zivilisationspolitik » (Hrsg.): Kann es eine’neue Erde’ geben? Zur Kritischen Patriarchtstheorie und der Praxis einer postpatriarchalen Zivilisation, Reihe « Beiträge zur Dissidenz » Nr. 27, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang Verlag 2011

Schütt, Werner: Auf der Suche nach dem Stein der Weisen. Die Geschichte der Alchemie, München, CH. Beck 2000

Smith, Jerry E .: Guerre météorologique – Le plan des militaires pour l’élaboration de Mère Nature, 2006

Storr, Dominik: Eine juristische Betrachtung von Rechtsanwalt Domini Storr, dans: Bertell 2013, pp.525-546

Tesla, Nikola: My Inventions V – le transmetteur grossissant, dans: Expérimentateur électrique , juin 1919, pp.112f, 148, 173, 176 ff.

The Guardian, 4.4.2012: En guerre contre la géoingénierie, Londres

ONU: Convention sur la modification de l’environnement – Convention sur l’interdiction d’utiliser des techniques de modification de l’environnement à des fins militaires ou autres usages hostiles, Genève, 18 mai 1977, Web.

US Air Force. «Le temps en tant que multiplicateur de forces: posséder le climat en 2025». Document de recherche du Col Tamzy J. House, lieutenant-colonel James B. Near, Jr., SLD William B. Shields (États-Unis), Maj Ronald J. Celentano, Maj David M. Mari, Maj Ann E. Mercer et Maj James E. Pug, 1996

Wagner, Friedrich: Weg et Abweg der Naturwissenschaft, Stuttgart, Klett-Cotta 1970

Weiss, Mathias: Capter l’atmosphère de la Conférence 2014 de la CCE sur l’ingénierie climatique, dans la 10 e lettre d’information, septembre 2014, www.pbme-online.org

Weiss, Mathias: Zur Geschichte des géo-ingénierie, « Postscript » dans Bertell: Kriegswaffe Planet Erde, 2016, 3e. ed, à paraître

Werlhof, Claudia von: West-End. Das Scheitern der Moderne als « Kapitalistisches Patriarchat » et Die Logik der Alternativen, Köln, PapyRossa 2010

Werlhof, Claudia von: L’échec de la civilisation moderne et la lutte pour une alternative « profonde ». Sur « La théorie critique du patriarcat » comme un nouveau paradigme, Francfort a. M./New York, Peter Lang 2011

Werlhof, Claudia von: Mit Bertell gegen Géoingénierie: Debatte im Europaparlament 2013, dans: Bertell 2013, pp. 33-41

Werlhof, Claudia von: Nell’Età del Boomerang. Contributions à la critique du patriarcat, Milano, Unicopli 2014a

Werlhof, Claudia von: « Conscience planétaire » – Qu’est-ce que c’est ?, dans: Retour à Mago, USA Juillet 2014 / Août 2014, dans: Magoisme, Le Chemin de S / HE, http://magoism.net/2014/07 / 10 / meet-mago-contributor-claudia-von-werlhof / , les 14 et 15 juillet et les 4 et 5 août 2014b

Werlhof, Claudia von: Madre Tierra o Muerte! Reflexiones para una Teoría Crítica del Patriarcado, Oaxaca, El Rebozo 2015

Werlhof, Claudia von: La destruction de la mère Tierra como último et máximo crimen de la civilisation patriarcale, Mexique, novembre 2015, DEP, Venedig, Nr. 30, février 2016a, pp. 259-281

Werlhof, Claudia von: La « haine de la vie »: le système mondial qui nous menace tous. On: Global Research, 16 août 2016b
http://www.globalresearch.ca/the-hatred-of-life-the-world-system-which-is-threatening-all-of-us/5541269

Werlhof, Claudia von: Géoingénierie et mouvement planétaire pour la Terre mère, dans: CWS – Canadian Women’s Studies Journal, Toronto 2016c, à paraître

Wigington, Dane, 2016 http://www.geoengineeringwatch.org/scientists-surveyed-unanimously-refuse-to-deny-climate-engineering-reality/

Wood, Judy: Où sont passées les tours? La preuve de la technologie de l’énergie libre dirigée le 9/11, 2010 (Web)

www.pbme-online.org

www.sauberer-himmel.de

 ——————————

Claudia von Werlhof  est professeur de sciences politiques et d’études féminines à l’Université d’Innsbruck, en Autriche.

via:https://www.mondialisation.ca/la-terre-une-arme-la-geo-ingenierie-une-guerre/5621597

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :